La conversion des terres pour devenir agriculteur biologique ?

Les produits chimiques sont très utilisés par les agriculteurs pour protéger leurs cultures contre les attaques des insectes et parasites : pesticides, engrais chimiques, … Seulement, ces produits peuvent avoir des effets négatifs sur l’environnement et sur la santé nutritionnelle. Fort heureusement, les agriculteurs prennent de plus en plus conscience de l’importance de la protection de l’environnement et se convertissent en des agriculteurs biologiques.

Comment se convertir en agriculteur bio ?

La base de la conversion en agriculteur bio est le traitement de sa terre. Dès lors, quatre cas différents peuvent se présenter. Si les terres concernées ont toujours été travaillées dans un concept d’agriculture biologique, il n’est pas nécessaire de passer par l’étape de la conversion en bio. En effet, les produits obtenus à partir de ces terres peuvent d’ores et déjà être qualifiés de produit agricole biologique. Si les terres ont été travaillées dans le principe de l’écologie et du bio, mais que la période nécessaire pour la transformation de la qualité des terres n’est pas arrivée à son terme, il est possible de poursuivre les actions de conversions déjà entamées. La période de conversion peut être réduite ou annulée pour les terres de friches, de landes, ou de jachères. Enfin, dans le cas où les terres aient déjà été travaillées, mais que la mode de production adoptée n’est pas conforme aux normes de production biologique, la période de conversion peut être assez longue et doit obligatoirement être respectée.

Conversion en fonction de la nature du produit agricole souhaité

La qualité de la nourriture et la préservation de l’environnement font actuellement partie des priorités des consommateurs. Alors, la profession des agriculteurs biologiques peut être considérée comme un métier d’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *